Suite à l’assassinat d’Agnès par un violeur estimé non dangereux par des psychiatres et psychologues, la Commission des citoyens pour les droits de l’homme appelle le gouvernement et les parlementaires à voter une loi réduisant le pouvoir des psychiatres auprès des tribunaux en raison de leur incompétence qui entraîne la mort de victimes innocentes.

Trop c’est trop ! La CCDH dénonce depuis des années l’incompétence des psychiatres qui sont incapables, malgré leurs prétentions, de déterminer la dangerosité d’un criminel potentiel. Les affaires de meurtres où le tueur est suivi en psychiatrie ou vient de sortir de psychiatrie sont plus que nombreuses, elles sont pratiquement la règle en matière de crimes déments.

Il est temps que l’on regarde les choses en face et que l’on arrête de confier à ces pseudo-spécialistes du mental des fonctions d’experts devant les tribunaux.

Il en va de la crédibilité de la justice aujourd’hui attaquée, comme elle l’avait été suite à l’affaire d’Outreau où des experts psychiatres et psychologues n’avaient rien vu des mensonges ayant conduit à l’emprisonnement d’innocents.

Les citoyens ont droit à une justice honnête et compétente.

Il faut pour cela empêcher les psychiatres et psychologues de créer un climat de suspicion envers le système judiciaire et les empêcher de détruire la confiance des citoyens envers la justice.